samedi 14 juin 2008

A L'EAU CLAIRE

Ben voilà, je ne voulais pas en parler, mais, clarification appelant clarification, et puis, ça faisait un petit moment que je n'ai pas parlé politique, même si, sincèrement, ce n'est plus mon souci premier, et même si, franchement, je ne vous dirai pas tout ce que j'en pense. Une demande récente qui m'a été faite m'amène à en parler.
Puisqu'après tout, c'est ma section d'origine, et non seulement ma section d'origine, mais ma section de quartier (canton 5). J'me suis barrée, c'est un fait. En vérité, j'y reviendrais bien volontiers. Enfin, ça dépend de qui la compose. Of course.
Vous ne comprenez pas ce qu'appellent les ex-socialo l'ultimatum de la Fédération ? D'abord, le mot ultimatum ne convient guère à la chose, sinon quelque peu dans la forme.
Cette lettre envoyée aux militants, et c'est un grand terme que militants, tout adhérent n'est pas forcément militant, stipule donc "clairement" deux points essentiels :
1- Patrick Mottard a pris l'initiative, lors des dernières municipales, de créer sa propre liste, puisqu'il ne pensait pas pouvoir l'emporter lors du vote des militants pour l'investiture. D'autres personnes l'ont suivi, ils ont été exclus (du moins ceux de la liste).
Depuis, Patrick Mottard continue sa route et a créé son propre "parti", possède son "propre" groupe au Conseil Général. Bien ! On ne peut appartenir à deux chaumières totalement différentes.
Après, on connait la politique, on tape sur l'autre tant qu'on peut...
2- La reconnaissance de Patrick Allemand et les cinq colistiers socialistes comme représentants élus du parti socialiste. Ok, bon. Quant à s'engager à soutenir leur action, fallait-il le préciser ? Sinon souligner qu'ils ne faut pas se tromper de personne.

Des réactions il y en a eu pas mal, sur le blog de Patrick Mottard, sur le Blog à Jef, dans les commentaires surtout, et puis dans le Nice matin.

Le quotidien n'a pas la main légère... Purge, allégeance, mea culpa, termes un peu forts à mon goût de socialiste non fortement convaincue... Personnellement, je trouve normal que l'on clarifie la situation, Patrick Mottard ayant créé son propre parti. Les clivages sont souvent confus et aux contours incertains, mais pourtant, la vie est faite de choix qui sont à faire, et, dans ce cadre-là, il me semble nécessaire de le faire. Je pense à un certaine Joëlle, j'ai retrouvé son commentaire, [Anonyme a dit…

Ras le bol , ras le bol!!!! cendra je vous envoie ce petit message car je sais que vous allez le publier. Voila je suis a Nice autrement (jusqu'à hier )je suis plus que déçue de voir comment les Mottard ont trahis nos investissements politique.Tout ça pour garder du pouvoir .J'ai perdue ma place a la fédé pour eux, virée du PS et voila la belle récompense. Après des diners en catimini voila la deuxième phase de leurs ambition. Bref! moi je lâche l'affaire. Bon courage aux militants , j'espère qu'un jeune loup lui arrachera son canton bientôt.JOELLE]

et je crois qu'il s'agissait d'une manipulation. Je lui demandais de me contacter par mail, si elle le voulait, et elle ne l'a pas fait. D'après ce que j'ai pu entendre dire, cela confirme mes doutes. Certes, des militants, proches de Mottard, sont toujours dans cette section, et la situation n'est donc pas claire.Sans parler de Stalinisme, car on sait bien que c'est à celui qui criera le plus fort qui croira se faire entendre, s'il y a lieu de croire une chose, c'est que ça suffit les dissensions au seing du parti. On peut ne pas être d'accord avec Patrick Allemand, et ses "lieutenants", comme de certains les nomment, mais on ne peut jouer sur deux tableaux.
Dominique Boy Mottard se targue d'avoir rencontré 3 personnes lors de ses emplettes qui étaient consternés par ce qui se passe au parti socialiste, de dire que Patrick Allemand avait fait perdre la gauche (ah bon ?) et que c'était la tonalité dominante... Encore mieux que les sondages de Nice Matin, surtout le premier, avec les 50% donnés à C. Estrosi (et 600 personnes sondées), 3 personnes donc, qui donnent la tonalité de l'électorat du cinquième canton, c'est fort comme message. Comment s'appellent-ils, les gens qu'elle a croisés ? Henri ? Lucien ? Patrick ? ça fait 3 !
Stop. On arrête là.
Patrick Allemand, je viens de relire une de ses interviews... Ne dit-on pas qu'il faut tourner 7 fois sa langue dans la bouche avant de parler ? Je ne citerai pas laquelle mais, un de ses dire porterait à caution ... une des prérogatives d'une certaine personne...
Rien n'est simple dans le socialisme. Je m'en défends parfois, et pourtant, étant donné ma personnalité, elle devrait me convenir... Je suis si complexe...
Pourquoi ai-je du mal à militer ces temps-ci ? Certaines des raisons invoquées plus haut en apportent un élément de réponse.
Je veux juste une ville où chacun puisse vivre selon son implication, y apporter sa richesse, tout en se nourrissant de sa culture, son "entité", comme en a parlé Patrick Allemand lors de la campagne des municipales, non pas son identité, puisque ces termes sont détournés par certains, hélas. Je veux une ville qui s'éveille. Qui respire. Elle a tant de promesses en son seing. Elle a tant à donner. Où est-ce que je me situe ? Là où j'irai. Sans aucune allégeance, mais en tout état d'indépendance, sans compromissions, avec l'esprit libre qui me caractérise. Pas facile.
Mince, je viens de m'apercevoir que j'ai repris, à peu de choses près, le titre d'un billet du "dissident"... Oups. Vais-je devoir payer des "droits d'auteur" ?

2 commentaires:

Vacca a dit…

Chère Cendra, je n'ai pas pu vous contacter avant car je ne savais pas que j'avais envoyé un post sur votre blog. C'est un ami qui m'a en informé. Donc, vraisemblablement quelqu'un a usurpé mon identité. N'ayant pas écrit ce texte moi-même, il ne m'appartient pas et je n'ai rien à en dire , sauf que ces pratiques vont à l'encontre de tout effort de reconstruction du PS à Nice.

Cendra a dit…

je vous remercie de cet éclaircissement, j'ai une forte présomption de qui ce commentaire peut provenir... J'en ai gardé la trace.
Merci. Bonne fin de soirée.