samedi 10 mai 2008

HARCELEMENT MORAL : UNE REALITE

Le harcèlement moral a toujours existé en milieu de travail, mais sa dénomination est récente. Il peut prendre des formes diverses, allant du refus de communication aux menaces, en passant par la "mise au placard", ou des conditions de travail dégradantes. Les conséquences pour les victimes sont des troubles psychosomatiques, voire des dépressions pouvant aller jusqu'au suicide. Le législateur est intervenu en janvier 2002 en introduisant la notion de harcèlement moral dans le Code du travail, et sa répression dans le Code pénal (loi de Modernisation sociale).

Le harcèlement moral au travail a été défini comme un ensemble d'agissements répétés "qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits du salarié et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel " (loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002).

Ces dispositions précisent qu'aucun salarié ne doit subir de tels agissements, ni être sanctionné pour en avoir témoigné ou les avoir relatés.
Il appartient au chef d'établissement de prendre toutes les mesures nécessaires à la prévention du harcèlement moral.
En outre, une procédure de médiation peut être engagée par toute personne s'estimant victime de harcèlement moral (article L.122-54).
La loi précise aussi les conditions relatives à la charge de la preuve des agissements constitutifs de harcèlement moral : il appartient au salarié d'établir des faits permettant de présumer qu'il est victime de harcèlement, tandis que le défendeur, au vu de ces éléments, devra apporter la preuve que les agissements en cause ne constituent pas un harcèlement moral (article L.122-52).
D'autre part, les organisations syndicales représentatives dans l'entreprise peuvent exercer, en faveur du salarié concerné, toutes les actions en justice consécutives à des faits de harcèlement moral, sous réserve de justifier, pour ce faire, de l'accord du salarié (article L.122-53).

Par ailleurs, cette même loi a introduit la répression du harcèlement moral dans le Code pénal (article 222-33-2). Défini dans les mêmes termes que les agissements visés à l'article L.122-49 du Code du travail, le harcèlement est passible d'une peine d'un an d'emprisonnement et d'une amende de 15 000 Euros.

Le harcèlement moral peut se manifester sous différentes formes. Citons notamment :


- le harcèlement gratuit et pervers, pour simplement détruire
- le harcèlement mis en œuvre pour "pousser dehors" un salarié, en contournant ou non les procédures de licenciement
- le harcèlement stratégique, utilisé dans le cadre d'une logique de gestion, pour mettre en concurrence les salariés afin d'améliorer leur productivité.

Pris isolément, ces agissements hostiles peuvent sembler anodins. Mais leur répétition au quotidien peut affecter gravement la personne et avoir des répercussions importantes sur sa santé, physique et psychologique. On peut le considérer comme une forme de violence interne à l'entreprise. Mais tous les comportements agressifs, tous les conflits, toutes les pressions ne relèvent pas du harcèlement.

Source : INRS
Dossier à télécharger : Le harcèlement, définitions.

Bref, le harcèlement n'est pas une chose facile à vivre, surtout dans un monde du travail devenu précaire et difficile. Quand on a un job, on s'y accroche, mais à quel prix ? Il ne faut pas pas croire que cela n'arrive qu'aux autres et, souvent, on peut même connaitre des gens qui en sont victimes, ou connaître des "tortionnaires"...
Voici également le site d'une association contre le harcèlement moral : HMStop.

5 commentaires:

val a dit…

Ah! Ben quand même!
ça fait deux jours qu ej'essaye de mettre un commentaire ici. Les lettres (pour vérifier que je ne suis pas un robot qui spamme) ne s'affichaient pas!

Enfin ça fonctionne.
Bon, du coup, je vais lire le nouveau billet, maintenant!

Anonyme a dit…

Intéressant billet effectivement, cela est plus commun que l'on croit et je connais une personne qui a été récemment condamnée. Or, il faut savoir qu'il n'est pas si simple d'être condamné, surtout au pénal quand même, donc, cela doit être significatif de la chose.
Il me semble que c'est l'été dernier que j'avais lu un document à ce propos concernant la personne, qu'elle avait été entendue par la police. Apparemment, justice a été faite... Pas totalement, tant que la chose n'est pas publique. espérons seulement que cela protègera des personnes à l'avenir. Surtout dans ce cas-là...

Cendra a dit…

@ Val,
vous postez un commentaire et vous lisez après ? Bien que vous y soyez parvenue !

@ anonyme
On peut savoir de qui il s'agit ?

val a dit…

Non... en fait... j'avais à maintes reprises tenté de commenter un de vos précédents billets (aprés l'avoir lu).
Alors, hier, quand je suis revenue, j'ai commencé par voir si il etait possible de commenter avant d'attaquer toute lecture ;) .

Cendra a dit…

Quelque fois Blogger est un peu capricieux...Apparemment, vous l'avez dompté désormais ;)
Au plaisir de vous lire donc ? Du moins si ce que vous y lisez vous intéresse bien sûr :)
Bonne journée à vous